web-design-trends-2018

Je connais l’équipe de Carlin Creative Trend Bureau depuis un bon petit moment maintenant. Comme pour la plupart de ceux qui travaillent dans la mode, la collaboration avec un bureau de style reste essentielle pour moi et je me suis demandée souvent pourquoi il n’y a pas encore un en Roumanie.
Carlin reste une des 5 trends agencies françaises importantes au monde, à côté de Peclers, Promostyl, Nelly Rodi ou encore Studio Edelkoort.
La bonne nouvelle fut de retrouver en première Carlin à … Bucarest, pour un événement business de taille ou j’ai oublié, pendant plus d’une heure, que j’étais moi aussi conférenciere et je me suis glissée dans le salle pour prendre des notes comme au bon vieux temps quand j’étais leur cliente.

Entre 13 et 15 septembre a eu lieu la première édition du salon Textile Technology Show à Bucarest, une rencontre exclusive dédié à l’industrie textile de l’Europe de Sud-Est, organisé par Euroexpo Fairs, un des majeurs organisateurs des salons et expositions profesionelles en Roumanie (Metal Show, Baby Boom, Print & Design ou encore Pack Expo parmi d’autres).
Evidement, je me suis emballée en sachant qu’il y aura Carlin – un bureau de style est un membre important aussi bien de l’industrie de la mode que de toute industrie créative. Si vous voulez, une sorte de batteur dans un groupe rock. Ce n’est peut-être pas le chanteur du devant la scène, mais c’est lui qui donnera le rythme de chaque chanson. Le fait que Carlin participe en Roumanie dans le cadre d’un évènement professionnel en tant qu’invité vedette signifie, tout comme l’arrivé de l’Istituto Marangoni en début d’année, qu’on commence à mûrir. Et qu’on a grandi.

 

C’est quoi un bureau de style? 

Il y a sept ans, j’avais tenté d’expliquer, bien enthousiaste, ce que signifie un bureau de style et combien c’est important d’en avoir au moins un en Roumanie, un pays reconnu pour sa collaboration en production avec la plupart des maisons de luxe et prêt-à-porter françaises ainsi que son lien étroit avec la France. D’ailleurs dans toute maison de mode avec laquelle j’ai travaillé, une partie substantielle des collections vestimentaires et d’accessoires était réalisée en Roumanie.
En dehors des français de chez Renault – Roumanie qui ont tout de suite adhéré au projet, la plupart a compris qu’il s’agit du conseil en image. Quelqu’un a même demandé combien de couturières je compte employer, avant de confirmer que je ne souhaite pas créer ma propre griffe.
Le tout semblait un concept abstrait à l’époque, pas l’opportunité de faire appel à un partenaire stratégique qualifié, un spécialist qui peut t’offrir une lecture des tendances adaptée à ton business et des études approfondis concernant ton consommateur pour comprendre ses besoins et ses préoccupations.
C’est bien de savoir que Vetements est la marque qui donne le ton en ce moment, mais ce n’est pas mieux de savoir pourquoi et comment ce phénomène peut vous aider, vous et votre marque ?
Ce n’est pas de la magie, mais beaucoup de travail pour un consultant qui va anticiper pour vous les meilleures solutions pour que vous puissiez avoir le bon produit, dans la bonne forme et couleur, au bon moment on ligne ou dans les boutiques physiques.
Depuis plus de 70 ans ce system fonctionne de manière impeccable pour la plupart des marques et sociétés dans le monde. Alors pourquoi cela ne pourra pas nous aider aussi, surtout aujourd’hui quand la mode est en train de changer radicalement ?
Personellement je ne connais pas de brand international qui ne travaille pas avec au moins deux bureaux de style – les maisons dans lesquelles j’ai été collaboraient d’habitude avec trois.

 

Carlin Creative Trend Bureau – le magicien français

Crée en 1947, Carlin est présent aujourd’hui dans 25 pays et accompagne plus de 40 clients dans des domaines aussi différentes que la mode, l’industrie cosmétique, alimentaire, la décoration d’intérieur et l’architecture, les agences publicitaires ou encore l’industrie auto par exemple. Un travail minutieux d’anticipation et une prise constante d’information pratiqué par Carlin depuis des années en Asie, Amérique ou l’Europe l’aide a avoir une vue d’ensemble mais aussi un regard pointu pour détails.
La manière de collaborer avec le bureau de style peut se faire de plusieurs manières, ayant actuellement 4 offres qui peuvent être personnalisé selon le cas :

– Stratégie (Plateforme de marque, Stratégie marketing, ADN de marque)

– Produit (Design et suivi de collection, Audit de collection, Guide d’achat, Sourcing matière, Charte style)

– Couleur (Charte et gamme sur mesure, Création de couleurs exclusives)

– Tendance – étude prospective Consumers Inside Scenarios R&D, contenu editorial

 

Edouard Keller (Carlin Creative Trend Bureau Paris)

Edouard Keller, Head of International Sales (Carlin Creative Trend Bureau Paris) après la Trends Conference du Textil Technology Show, Bucarest septembre 2018

 

Edouard Keller est jeune, grand et d’une présence très agréable. Il t’écoute avec attention et intérêt, ce qui mène à des discussions captivantes. Un vrai pro qui a regardé toutes les présentations des invités de la première journée du salon, pour mieux les connaître. C’est vrai, j’avais eu des émotions en sachant que je dois prendre la parole dans le même panel que lui, mais ces émotions ont vite disparues en voyant à quel point Edouard était détendu et naturel. Et j’étais enchantée de constater que nous avions aussi plein de points communs dans nos présentations.

A son premier voyage en Roumanie, monsieur Keller est cependant familier avec la production locale par son expérience antérieure de stylist. Il a connu les points forts des produits réalisés dans les ateliers roumains et, pendant la discussion que j’ai eu avec lui, je l’ai trouvé sincèrement intéressé par les marques locales, leur évolution et les réelles perspectives de développement du marché autochtone. Son choix, et theme de conférence, a été porté sur les tendances de la saison Automne/Hiver 2019-2020, que j’allais découvrir en détail une semaine plus tard à Paris, à Première Vision.

“Les gens ne veulent plus choisir entre plaisir et éthique. Ils cherchent les deux ensemble” – a commencé Edouard Keller sa présentation. Une résolution dont on parle beaucoup car aujourd’hui on a besoin de transparence et de la confirmation que par le biais des produits que l’on achéte qu’on fait et on se fait du bien. C’est essential de savoir que personne ne souffre dans la chaîne de production, de la matière première et la manière de l’obtenir jusqu’aux mains de ceux qui vont travailler dur pour rendre la forme finale qui enchantera le consommateur. Les tendances ne se résument plus au IT bag de la saison ou à la couleur dominante de l’hiver prochain au dernier Paris Fashion Week ou à Milan.
Nous cherchons une analyse plus profonde des changements qui conditionnent comment on “consomme” les vêtements, les aliments, les produits cosmétiques et tout autre produit. Nous avons besoin de comprendre ce qui motive le consommateur de demain et pas seulement ce qu’il souhaite acheter, mais aussi pourquoi.

 

Les effects Anti Fashion

La diminution de l’appétit consumériste pour la mode, incitée par des mouvements anti-fashion et la prise de conscience des effets négatifs de la culture Fast-fashion on créé de nouvelles demandes et dessinent un esprit communautaire fort.
La chute de l’immeuble de Rana Plaza en 2013 au Bangladesh et la mort de 1.135 personnes, sont considérés aujourd’hui le plus grand désastre industriel du pays. Mais aussi de la mode internationale. Il a fallu Rana Plaza pour que le grand public puisse voir les coulisses d’une mode qu’il attendait avec impatience dans les boutiques, mais ou il ne comprennait pas le système.
Un évènement qui, dans le contexte actuel, invite le consommateur a demander aux marques de la transparence et la vérité sur les produits qu’il achète. Ainsi il a compris le pouvoir qu’il détient envers les marques et comment il peut utiliser ce pouvoir pour améliorer les choses et changer les habitudes. Et non, ce n’est pas une utopie.
Car cet aspect va l’encourager à s’organiser en groupes de plus en plus fortes, qui donnent les futures directions et créé des nouveaux marchés.

Un aspect mentionnée aussi dans ma présentation au salon roumain que j’ai retrouvée avec beaucoup d’intérêt dans le discours d’Edouard Keller est l’idée générale de ne plus attendre le gouvernement pour résoudre les problèmes des citoyens, mais d’encourager sa communauté, son tribu d’agir. Une initiative mise en application déjà dans plusieurs pays dans le monde comme la communauté du festival Burning Man aux Etats Unis par exemple. Le temps est venu d’avoir le courage de créer sa propre vie, sculpter son propre futur et innover à côté de ceux qui partagent ta vision et qui souhaitent, comme toi, le meilleur.
Ceci explique l’augmentation de l’esprit actif des communautés et leur réaction dans leur style de vie ainsi que dans leur business. Combien de fois tu n’as pas entendu autour de toi “moi je laisse tout tomber, je vais élever des chèvres dans les montagnes – tu es libre de venir avec moi sit u veux”? Désormais, il y a des gens qui l’ont fait et ce n’est pas plus mal.

 

Recyclage, upcycling et sustenabilité 

Un autre point important pour Edouard Keller a été le recyclage et la réutilisation des matières et des produits.
Dans la mode, ils deviennent les nouveaux instruments de travail, de vraies armes de combat pour une mode éthique, équitable, durable et propre. De cette manière les principes des consommateurs croisent le monde des matières premières et amènent une nouvelle créativité car ils veulent trouver une utilisation rapide à l’excess des déchets produits les dernières années par un fast-fashion agressif et irréfléchi.
Une approche qui apporte de l’authenticité et de l’originalité dans le top des solutions intelligentes conçus par des créateurs spécialisés, ingénieurs ou chercheurs, ce qui explique l’ampleur du phénomène DIY: on a envie et on sent le besoin de créer et réparer par nos propres moyens. Reconsidérer l’innovation mène de manière logique au système d’économie circulaire dont on parle tellement ce dernier temps. Au delà des discussions, c’est une manière pragmatique et positive de voir le future prendre forme, de recomposer notre style urbain de vie. Ainsi l’idée d’un monde dans lequel la réutilisation de tout ce qu’on jete devient centrale.

blog-headers-diy-2

 

Si on achète de moins en moins de mode et accessoires, on souhaite manger mieux, comme le prolongement naturel d’un besoin général de bien-être. L’intérêt pour une nourriture supérieure, l’explosion du marche bio, vegan ou raw, conduit à l’évolution importante de l’industrie alimentaire ces dernières années et influence aussi les autres industries.
Cette idée est retrouvée dans la mode dans le choix des textures, des couleurs ou volumes empruntés au domaine du food sous la forme des associations inattendues et plaisantes. Un canapé avec un aspect de marshmallow, un cuir synthétique rose avec une texture de chocolat craquelé pour une veste – l’aspect d’un produit devient plus important mais d’une autre façon.
Pour traduire de nouvelles sensations de confort par le biais de couleurs innovantes, on va emprunter des gammes de couleurs acidulés, délicates ou brillantes. Ou s’attarder par exemple sur une palette complete de nuances chocolat. Les textures deviennent onctueuses, satinées ou luisantes, rappelant des crèmes de vanille ou des glaçures innovantes de sucre.
Pourquoi un chemisier en soie avec des plis ne me ferrait pas entrer dans la première patisserie ou me faire rêver d’un éclair à la Maison du Chocolat ?

 

Et lumière fut

Pour accentuer cette nouvelle dimension on est aidé par un travail de lumière qui va jouer un rôle essentiel. La lumière deviendra créative et va inspirer à son tour une scénographie sophistiquée des produits. Imaginée comme part entière de la mise en scène, la lumière donnera un plus aux vitrines et jouera avec l’intérieur des boutiques par des techniques empruntées au théâtre ou aux l’ambiances des night-clubs. Au delà de la présentation d’un produit, elle aide a raconter l’histoire du produit et donnera la touche finale à l’expérience du consommateur.
Maintenant que j’ai attiré votre attention, vous allez regarderez autrement autour de vous dans les boutiques. Il est loin le temps des néons économiques au plafond, on fait place à la subtilité et au design.
Edouard Keller remarquait comme cette tendance va inspiré aussi un graphisme dynamique aux accents ’80 dans l’univers du make-up et des associations vives de couleurs et dessins pour divers imprimés textiles, empruntés au design de signalétique urbaine.

 

Provocateur, night club au Four Seasons Resort, Dubai

 

La prochaine tendance parle de nos traditions et comment on va les faire évoluer. La manière dont elles nous rassurent aujourd’hui constitue une base solide pour le futur. Regardées avec nostalgie, les traditions replacent des rites anciens et de l’artisanat au centre d’un quotidien saturé d’un trop-plein d’information. Elles nous aide à nous reconnecter à nous-même, nous aident à construire un autre monde où le contraste entre le nouveau et l’ancien va définir d’autres sources d’inspiration. Autour de nous, l’envie de fonder ou de créer une nouvelle société est de plus en plus forte, d’où l’apparition des communautés qui défendent leurs propres lois. On souhaite une société avec laquelle on est en harmonie et qui répond aux besoins et à notre style de vie actuel.

Le mélange entre ancien et nouveau attire aussi l’hybridation, la création de nouvelles fonctions pour les objets classiques, ou l’association des fonctions multiples. L’hybridation est loin d’être récente, il suffit de regarder la technologie avec laquelle les produits autour de nous sont saturés. On as de la pâte dentifrice qui, au delà de sa fonction nettoyage, va reconstruire l’émail, ou dans un register décoration des sofas qui deviennent des sacs à dos.
Nécessaire en design et pour la création d’un produit meilleur, l’hybridation est la réponse à notre besoin de simplifier et de rendre plus efficient ce qui nous entoure. Ne rêvons nous pas tous d’avoir le nez de Samantha la sorcière pour résoudre en même temps ménage + lessive + devoirs des enfants + dînner pour 10 ou un programme inédit pour les enfants ? Pour ma part j’espère toujours que Chanel va lancer avant Noël la boîte maquillage vue dans Le cinquième element (je sais, pas mal d’entre celles qui vont lire ces lignes souriront). Ou d’avoir un peu d’aide virtuelle comme vu récement sur l’instagram d’une amie “Siri, please remove my make-up”.

 

 

Si on apprécie les formes classiques et les tissus traditionnels nous rassurent (qui n’a pas un chemisier blanc impeccable ou un pantalon en tweed, qu’il jette la première pierre!) on veut aussi savoir comment ils évoluent. Ils vont gagner un nouveau design et peut-être aussi de nouvelles fonctions. Ce qui signifie de transformer la chemise de grand-père ou de revisiter la forme d’un jean classique pour un dressing moderne et atemporel. Après autant de fast-fashion, on rêve de qualité et slow-fashion à contrat à durée indéterminée.
Toujours dans l’idée d’apprécier la simplicité des choses s’inscrit aussi le besoin de prendre ses distances avec le monde virtuel, comme un exercise vital de bien-être. Il y a des applications pour tout dans l’idée de nous libérer et de nous simplifier la vie. Mais nous passons notre temps avec elles au lieu de profiter du temps libre qu’elles sont sensées de nous procurer. Rythmé par elles, le quotidien devient saturé des émotions virtuelles par l’omniprésence du smartphone. Un objet qui réveille des sentiments contradictoires, comme le besoin d’ignorer son téléphone et tout ce qu’il peut faire.
Les américains ont d’ailleurs trouvé une solution (listé comme “Sold Out” sur leur site) qui s’appelle The Light Phone – un appareil minimaliste, limité aux appels et 9 speed dials. What else ?

 

Une nouvelle idée du luxe

La derniére inspiration pour l’hiver 2019 / 2019 a été construite autour de la fascination qui existe pour les cercles privilégiés et leur style de vie (il suffit de regarder le succès constant des aventures de la famille Kardashian). Cet intérêt influence l’idée de luxe nourri par l’envie de plus en plus forte de voyager. On veut bouger avec la vitesse de la lumière dans les quatre coins du monde, avec de moyens somptueux représentant les nouveaux signes de richesse. On ne veut plus montrer de manière ostentatoire des objets personelles griffés, le nouveau luxe signifie des produits raffinés et un design arty où les finissages dorés sont loin du bling-bling.
Ou encore l’accès à des expériences inédites réservées aux happy few, comme la cryogénisation faite en 2017 à la première femme en Chine, Zhan Wen Lian. Cela je vous assure, n’a rien à voir avec la cryogénisation de Han Solo dans la Guerre des Étoiles. Si on n’a pas encore des preuves sur le revers du processus de la mort, l’idée d’immortalité ne fascine pas uniquement les scientifiques. Comme les autres tendances, le luxe cherche aussi un sens plus spirituel, qui au delà des formes, va susciter une satisfaction plus personnelle et profonde. Ce n’est plus essentiel de montrer plus que les autres, mais de sugérer les moyens de faire des choix insolites pour se sentir bien.

La synthèse de la conférence Carlin sur les trends de l’hiver prochain est une évolution naturelle des temps que nous vivons et des solutions positives que nous recherchons dans un présent anxiogène meublé de crises de toutes sortes. C’est comme si on regardait par une nouvelle paire de lunettes une restructuration profonde de notre manière de vivre, d’acheter, de produire, de communiquer et de nous entourer d’une autre génération d’éléments et de choses, plus petites ou plus grandes. Au delà des tendances et par le biais soucieux et assumé d’une industrie plus responsable et éthique, on se prépare pour des temps nouveaux, intéressants et surprenants qui demanderont, si ce n’est pas de riposter, en tout cas de s’adapter rapidement.

 

Credits photos : Textil Technology Show, Provocateur – Four Seasons Resort Dubai, Pinterest