SONY DSC

Aujourd’hui, une rivière de mots m’a accueilli tout au long de la rampe qui mène à l’intérieur des salles du Musée du Quai Branly. J’étais venue voir l’exposition de vêtements orientaux organisée par Christian Lacroix et me voilà en train de photographier le sol et mes pieds, amusée par l’installation vidéo The River de Charles Sandison, un jeune artiste contemporain écossais.
J’ai envie de marcher “dans le flot”, à contre courant, lire les mots qui s’affichent pour chercher un lien, mais j’abandonne: la légende me prévient qu’il y a 16 597 mots, noms de tous les peuples et sites géographiques des collections du musée qui apparaissent en blanc, gris, rouge et noir, qui bougent, flottent, coulent…
Une idée d’une simplicité qui me ravit, un symbole qui enchante comme toute grande idée. Belle efficacité visuelle – j’ai mis plus de 10 minutes à atteindre la fin de la rampe, jouant avec le fleuve de Sandison …